Pourquoi la France est une terre fertile pour investir en R&D

J’ai été interpellé par un article publié hier par le New York Times, « Au Revoir, Entrepreneurs« , qui raconte une histoire – un peu trop teintée de French Bashing à mon goût – d’un entrepreneur français parti s’installer à Londres car dégoûté des lourdeurs administratives, fiscales et sociales françaises, ainsi que de la morosité hexagonale. J’ai cofondé (au travers la même société, Emerald Vision SA, et avec la même équipe) Verteego il y a 6 ans, et Jolicharts il y a 2 ans. Nous avons investi en moyenne sur les 3 dernières années 83% de notre produit d’exploitation en R&D. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Nous avons rapatrié des jobs d’ingénieur R&D de l’Inde vers la France grâce à la combinaison JEI + CIR + CII + présence d’une BPI France plus dynamique que jamais. Pourtant, nous pourrions exercer notre métier depuis partout dans le monde, et nous avons choisi Paris. En grande partie car pour moi, lorsqu’on choisit de ne pas passer trop de temps à s’occuper de ces mécanismes plutôt que de ses clients, la France est un véritable paradis fiscal pour les sociétés intensives en R&D. Discutons-en quelques instants. Pour reprendre l’article du NYT, Oui il est certain Londres est par rapport à Paris une ville plus importante et plus internationale, mieux insérée dans la mondialisation, qui attire plus de talents et d’investissements, mieux reliée au continent américain (pour des raisons linguistiques) comme au continent asiatique (pour des raisons migratoires), et de manière générale qui traite des volumes d’affaires plus importants que la place parisienne, qui pourtant fait plus qu’amende honorable à l’échelle européenne. Même si tout n’y est pas rose (notamment les salaires des développeurs, en raison de la concurrence des banques dont l’IT est l’usine), il est clair que Londres compte de nombreux atouts. Et Oui encore, ça va mal en France: depuis la création de l’euro en 1999, le PIB par tête a augmenté de 0,8% par an en France, contre 1,3% en Allemagne. Notre coût du travail était inférieur à l’Allemagne à l’époque, il lui est maintenant supérieur. Nos volumes à l’export représentaient 60% des volumes allemands, contre moins 40% aujourd’hui. Notre taux de chômage culmine à 11%, contre à peine plus de 5% outre-Rhin. Notre déficit public est de 57% du PIB, le taux le plus important de la zone euro. Et malgré les beaux discours la tendance n’est manifestement pas à la réduction du train de vie – donc des effectifs – des administrations de l’Etat. Quant au ‘choc de simplification’, on attend toujours: allez expliquer à un anglais qu’en France il existe 214 taxes, ou encore à un brésilien que la France compte 36.000 communes alors qu’au Brésil il y a 5.500 communes pour près de 6 fois plus d’habitants. Oui enfin, car c’est viscéral chez lui, le gaulois est critique, morose, râleur, railleur, jamais content, jaloux du succès des autres. Et l’on n’y changera rien. Ou pas rapidement. Donc Londres, pourquoi pas après tout. MAIS (car il y a plusieurs mais), en France, on a, quand on fait de la R&D et de l’export, des outils formidables à disposition du financement de sa croissance. – le statut de Jeune Entreprise Innovante, une sorte de label du Ministère de la Recherche, qui permet de bénéficier de charges sociales amoindries; nous en bénéficions moins significativement qu’avant mais cela nous a bien aidé à traverser les premières années jusqu’à atteindre le point mort en 2011; – le Crédit d’Impôt pour la Recherche, éventuellement combiné dorénavant au Crédit d’Impôt Innovation, qui permet de ‘récupérer’ grosso modo 30% de ses investissements en R&D, avec des délais de collecte tout à fait raisonnables (nous constatons entre 2 mois les bonnes années et 5 mois les années de demandes d’approfondissement, ça reste très correct pour l’administration fiscale). C’est un dispositif extraordinaire d’efficacité et de simplicité (un simple formulaire à remplir chaque année) et qui rend nos investissements exceptionnellement élevés en R&D viables du point de vue de nos actionnaires: ce n’est pas pour rien si Rakuten vient d’annoncer qu’il choisissait la France plutôt que le Luxembourg ou … Londres pour y implanter son centre de R&D; – la loi TEPA, dont nous avons bénéficié lors de nos 3 tours de financement auprès de 40 investisseurs et qui a facilité la défiscalisation partielle de leurs participations à nos augmentations de capital; – BPI France, la fameuse Banque Publique d’Investissement, machine de guerre au service des projets des entreprises devenue aujourd’hui le premier capital-investisseur d’Europe!, qui nous a financé sous la forme d’une subvention une étude de faisabilité technique immédiatement dès notre création, puis avancé à taux zéro une somme considérable au travers l’appel à projet gouvernemental Eco-Industrie pour bâtir le prototype de notre plateforme Verteego ensuite, puis alloué avec le CFI (voir ci-dessous) une enveloppe pour peaufiner la UX de Jolicharts; – le PEA PME, c’est tout nouveau mais l’idée est là. Et à Paris: – le Centre Francilien de l’Innovation (CFI), guichet unique des projets d’innovation, efficace et facilitateur de projets européens; – l’Agence Régionale de Développement Paris Ile-de-France, qui nous file un gros coup de main à l’export (décoration de notre stand au Brésil; mises en relation très qualifiées en Chine,…) – la Région elle-même, avec le dispositif PM’Up, qui comprend contrairement aux idées reçues très bien les contraintes et réalités des PME et prend à sa charge de manière souple et rapide une partie du BFR de vos projets d’accompagnement. Et pour exporter (nous sommes en plein dedans avec l’ouverture à suivre de nos filiales chinoise et brésilienne): – BPI France toujours, qui peut financer la capitalisation de vos filiales; – la COFACE, qui vous assure contre l’échec commercial à l’export! – Ubifrance, véritable prolongation mondialisée de vos efforts de prospection, à des tarifs imbattables; – Vivapolis, si vous travaillez sur le thème de la Ville Durable, la France au travers son Ministère du Commerce Extérieur vous aide même à vendre en meute partout dans le monde votre savoir-faire. Cela fait 30 ans qu’Allemands et Suédois font ça très bien, et comme on sait comment ça fonctionne, ça va produire des résultats très tangibles. Vous comprenez pourquoi je suis choqué de la diatribe du NYT, et de manière générale des entrepreneurs qui dénigrent la scène française. Même si dans le cas de l’entrepreneur de l’article du NYT qui ouvrait des centres dentaires à Marseille, il est certain que ce business low tech ne lui permettait pas de bénéficier du coup de pouce à la française à la technologie, la fameuse combinaison JEI + CIR + BPI France. Comme je l’avais dit aux Echos il y a quelques temps, sans cette combinaison nous serions sans doute ailleurs, mais ces dispositifs existent bel et bien, fonctionnent bien, donc je ne comprends pas comment le NYT parvient à écrire que les entrepreneurs disent au revoir à une France qui se plie en quatre pour augmenter les ressources en R&D de ses jeunes entreprises innovantes. Cela ne correspond pas du tout à la réalité. Chez Verteego et Jolicharts, nous disons mille fois merci aux technocrates à l’origine de ces mesures qui nous permettent aujourd’hui d’avoir une équipe formidable au quotidien, des clients fidèles qui nous emmènent chaque année plus loin dans leur intimité, et des projets de dépassement de nous-mêmes tant en matière de R&D&I que de développement au-delà de nos frontières. La réalité, c’est que ce sont les gros patrimoines qui fuient la France en raison d’une fiscalité trop élevée; et ça c’est bien dommage car cela dissipe à la concurrence du savoir-faire de haut niveau (souvent) et de la capacité d’investir (certainement). Et ça stigmatise encore plus ‘les riches’ alors que les riches sont justement une denrée rare. Et ça crée une pression improductive, force contraire de la fonction de réussir! La réalité, c’est que comme me l’a souvent dit l’un de nos actionnaires de la première heure, Jérémie Berrebi, il est plus facile en France de divorcer que de se séparer d’un salarié. L’Angleterre a fait pas loin de 3% de croissance de PIB au Q4 2013 contre même pas 1% pour la France: la faute à la frilosité des entreprises françaises à réembaucher pour suivre la reprise! C’est effectivement se tirer une balle dans le pied. On le sait. La réalité, c’est que la France ne sait pas progresser par petites touches en raison des nombreux micro-groupes d’intérêts qui abusent de leur fonction économique pour bloquer le pays à la moindre proposition de mesure qui toucherait à leurs intérêts immédiats. La France, peut-être par manque de talent de ses politiques, ne sait faire que dans la révolution, pas dans l’évolution. Bon alors bien sûr, le revers de la médaille est qu’en France plus qu’ailleurs, malheureusement, even dead sausages can fly! Il y a tellement d’aides que certaines sociétés en oublient de se focaliser sur la valeur ajoutée clients et utilisateurs pour chasser les primes et les prix: je les appelle les saucisses mortes mais quand même volantes. But this is another story.

5 réflexions au sujet de « Pourquoi la France est une terre fertile pour investir en R&D »

  1.  » lorsqu’on choisit de ne pas passer trop de temps à s’occuper de ces mécanismes plutôt que de ses clients, la France est un véritable paradis fiscal pour les sociétés intensives en R&D »

    Un peu contradictoire, non ? Pour faire de la France un « paradis fiscal », il faut donc se prendre la tête avec une liste impressionnante de lois, d’exception, de privilèges divers et variés accordés aux ‘entreprises innovantes’, privilèges qui peuvent disparaitre du jour au lendemain qui plus est, et qui – dans le cas du CIR – vous vaudrons à coup sûr un contrôle fiscal et toutes les pertes de temps et les nuits blanches qui vont avec.

    Bref, permettez moi de corriger par « lorsqu’on choisit de passer beaucoup de temps à s’occuper de ces mécanismes plutôt que de le passer avec ses clients, la France est un véritable paradis fiscal pour les entreprises intensives en R&D, pour que que celle-ci soit réalisée exclusivement par des ingénieurs car seul compte la R&D d’ingénieur ».

  2. J’aurai été d’accord si je n’avais pas vu des sociétés comme Sense ne pas bénéficier de son Crédit Impot Recherche, ou encore voir plusieurs Français se voir refuser les aides de la COFACE qui refuser des dossiers car les appliquants ne font pas assez de volume. A quoi bon nous assurer contre l’echec si « l’assureur » ne veut assurer que des sociétés n’ayant pas besoin d’être assurer….

    Bref sur le fond d’accord avec l’article mais dans la réalité c’est moins évident.

  3. Bonjour Gregory,
    * Pas spécialement contradictoire non: la R&D peut soit faire de la R&D pour monter des dossiers de subvention – financement, soit faire de la R&D pour servir la road map clients. Personnellement je penche pour la seconde option. Et si elle est compatible avec la première tant mieux.
    * Aucun doute qu’un contrôle fiscal prend beaucoup de temps, mais si l’on est raisonnable dans sa déclaration il n’y a pas de quoi en faire un mélodrame non plus. Il est normal qu’une forme de check & balance existe pour éviter les abus.
    * Je ne vois pas pourquoi le titre d’ingénieur donnerait plus de légitimité pour faire de la R&D que de bonnes études universitaires ou autres. C’est accorder beaucoup plus d’importance à l’acquis du diplôme, et donc à son niveau en maths à 20 ans, plutôt qu’au talent et à la capacité de créer, d’innover, de concevoir, de réfléchir en entreprise.

  4. Jeremy,

    Un grand merci pour ce post: précis, pertinent, et rafraichissant. Oui, les clichés ont la vie dure sur l’économie, et l’entrepreneuriat français, et les meilleurs journalistes, y compris du New York Times, ne font qu’effleurer la surface de ce qui existe, trop contents d’alimenter le French bashing. Il s’agit d’ailleurs bien souvent d’une critique au niveau européen. C’est pourquoi je pense que l’enjeu (pour nous français, et les pouvoirs publics) est avant tout de mieux communiquer sur ce qui est fait, et ce qui existe, et ce dans des forums internationaux (ce qui suppose que nos élites parlent un anglais parfait…souvent la première barrière).

    Coté macro, quelques commentaires rapides :
    – la fiscalité punitive de l’IR en France est un mythe (de plus), le taux marginal de l’IR français est tout fait dans la moyenne des pays anglo saxons, et européens ; là encore, de nombreux dispositifs de défiscalisation (qui n’existent pas ailleurs) existent
    – oui, la croissance GB est prévue pour être dynamique en 2014, cela dit la prévision gouvernementale d’etre à 3% relève à ce stade de la profession de foi, et les prévisions indépendantes sont entre 1 et 2%; également la récession a été beaucoup plus forte qu’en France, donc il y a un effet de base

    Stéphane

  5. Salut mon Stéph,

    Top de te lire ici! Désolé pour le délai d’approbation et de réponse, mais j’étais en Chine cette semaine et le firewall souverain bloque le back-office de WordPress.

    Tu as raison pour l’effet de base anglais: c’est certain que de la même manière que la rigidité de la France sert de soupape d’amortissement en entrée en crise (moins de licenciements –> ralentissement de la consommation moins rapide mais arrêt net des investissements), l’Angleterre bénéficie d’investissements qui se sont ralentis moins vite et d’un job market qui se redynamise beaucoup plus vite que le notre. Donc d’accord avec toi: 3% de manière pérenne, ça semble injouable pour les Brits.

    J

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s