Pourquoi j’ai rejoint Welcomr

Après plus de dix ans d’une aventure entrepreneuriale et humaine extraordinaire avec Verteego, et environ neuf mois de gestation de ma future destination professionnelle qui s’annonçait être celle de la création, je me suis associé fin février de cette année à Alexis Gollain, fondateur de l’entreprise Welcomr. Basée à Tours, où elle est née il y a cinq ans, Welcomr est une proptech, c’est-à-dire une startup technologique s’adressant à l’industrie de l’immobilier. Welcomr accélère la digitalisation des exploitants d’espaces collaboratifs de travail et de vie.

Concrètement, Welcomr permet aux utilisateurs de lieux d’ouvrir des portes, des barrières de parking, des casiers ou encore des ascenseurs avec leur smartphone. En se connectant aux systèmes de réservation, Welcomr permet à ses clients de proposer des expériences d’usage complètement nouvelles, ceci de manière absolument sécurisée.

Au-delà d’une rencontre pleine de promesses, de la qualité exceptionnelle de l’équipe que je rejoins et de la maturité technique des produits déjà développés, ce qui m’a convaincu dans l’analyse fondamentale des facteurs exogènes de succès de l’entreprise, c’est l’évidence suivant laquelle Welcomr s’inscrit au cœur des cinq mutations globales, profondes et incoercibles, que sont selon moi :

1. la pénétration du logiciel au cœur de l’ensemble des secteurs économiques : je fais évidemment référence à l’article fondateur ‘Why Software is eating the World’ du capital-risqueur Marc Andreessen dans le Wall Street Journal en août 2011.
Welcomr vient dématérialiser les badges ou les clés dans les entreprises : et quand la dématérialisation s’accompagne d’un surcroît de valeur ajoutée dans l’expérience utilisateurs, on parle de digitalisation. A l’heure où le marché transite d’un modèle de propriété d’un bail vers l’usage d’une prestation de service, nous nous adressons à des opérateurs de flex-office pour leur permettre de disposer d’une colonne vertébrale robuste et interopérable de gestion dynamique de leurs espaces physiques.

2. le ralentissement structurel de la croissance mondiale : autant dans les pays développés que dans les pays émergents, la fête est finie. De nombreux facteurs (démographiques avec le vieillissement de la population, endettement public généralisé qui fragilise les investissements dans les nouvelles infrastructures, raréfaction des ressources naturelles, ralentissement de l’économie chinoise, difficultés d’éradication de la corruption en Afrique…) entraînent l’évidence suivant laquelle les gisements de progrès de nos Sociétés sont transférés par les Etats à leurs entreprises. Les entreprises ont la mission d’améliorer leur compétitivité tout en clarifiant leur raison d’être, qui doit s’inscrire dans un projet sociétal.
J’ai la certitude que présenter 3% de cap rate pour un acteur de l’exploitation l’immobilière n’est pas un fatalité, ou en tous cas qu’il est impossible de se satisfaire de la médiocrité ; j’ai aussi rejoint Welcomr parce-que chaque point de CAPEX rogné, chaque point de productivité gagné, chaque utilisateur impressionné par la qualité de l’expérience fournie – et j’ai la conviction que nous fournissons à nos clients un avantage compétitif certain – permet à chacun de nos clients d’améliorer sensiblement le métabolisme de leur modèle économique.

3. la mondialisation : les entreprises doivent exporter pour rentabiliser leurs investissements. C’est une évidence sauf dans les pures activités de services, et sauf peut-être aux Etats-Unis et en Chine où la profondeur des marchés domestiques accélère la capacité des acteurs économiques à grandir vite, mais ralentit leur processus d’internationalisation. Parallèlement, le web standardise les comportements individuels, pour le meilleur et pour le pire : de New-York à Tokyo, tout est partout pareil, on prend les mêmes métros dans les mêmes banlieues, mais quoiqu’on en dise, les usages des réseaux sociaux forgent la jeunesse, et les multinationales lissent les pratiques de consommation.
Pour Welcomr, la bonne nouvelle réside dans l’impérieuse nécessité pour les startups, fréquemment installées dans des espaces de coworking, de cultiver sur l’ensemble de leurs sites d’implantation une marque employeur suffisamment forte pour attirer les meilleurs. C’est la même chose pour les grands groupes où la qualité de l’environnement de travail devient un critère majeur de rétention des talents. Or, les entreprises qui réussissent s’internationalisent de plus en plus vite, et engendrent une harmonisation croissante dans la manière dont sont utilisés partout dans le monde les bâtiments de bureaux, en raison de la nécessité pour les employeurs de proposer à leurs salariés une expérience de marque employeur homogène d’un site à l’autre. Cette vérité côté utilisateurs transcende la difficulté qu’ont, côté investisseurs, les foncières de bureaux à s’internationaliser, sans doute en raison du caractère intimement local de l’expertise nécessaire pour réussir sur les marchés immobiliers.

4. l’urbanisation : si la ville américaine fait dans la verticalité, la ville européenne et la ville asiatique sont modelées suivant un moule horizontal dont la limite est la frontière politique de l’espace convoité, la commune par exemple. Or, la géographie aidant, l’urbanisation continue de la population mondiale contraint à l’augmentation de la réserve foncière des grandes métropoles et de leurs vassales, transcendant les règles d’urbanisme européennes et asiatiques pour accélérer la verticalisation des villes.
La conséquence est que les bâtiments à opérer sont soit de plus en plus élevés lorsque les plans locaux d’urbanisme évoluent, soit de plus en plus optimisés sur le plan de leur taux d’occupation cible, du coup ils voient leurs capacitaires croître, donc ils sont plus complexes à exploiter. Les exploitants de bâtiments ont ainsi mécaniquement besoin de partenaires technologiques comme Welcomr pour les accompagner dans l’arraisonnement de l’utilisation de leurs surfaces dans l’intérêt de leurs utilisateurs, sans pour autant risquer le moindre compromis en matière de sécurité à une époque où le risque cyber n’a d’égal que la réalité de la menace d’intrusion physique.

5. le développement durable : ma génération est convaincue de la nécessité de réalisation de plusieurs transitions de manière conjuguée ; une transition sociale et numérique, permettant à des populations de se former à des compétences recherchées pour sortir de la précarité alors que l’intelligence artificielle arrive à grande vitesse, et une transition climatique et énergétique, privilégiant la poursuite de la quête humaine du progrès tout en préservant notre terrain de jeu.
Chaque déploiement de Welcomr permet de plus d’économiser les kilomètres de câbles qui auraient été installés pour câbler un lecteur de badges à son unité de transfert que l’on appelle dans le monde du contrôle d’accès UTL, son UTL à sa centrale, et sa centrale à l’unité centrale disposant de son logiciel de programmation de badges, qui eux-mêmes auraient été livrés chaque mois en provenance d’un lointain pays. Cela n’a l’air de rien, mais lorsque ma génération sera aux commandes, et c’est chaque jour un peu plus une réalité, cet argument d’une contribution évidente à un monde plus rationnel accélérera encore un peu plus l’attractivité de l’expérience que nous proposons à nos clients de s’approprier. Le bâtiment et la logistique sont les secteurs les plus intensifs en émissions de gaz à effet de serre : chez Welcomr, nous contribuerons autant à leur sobriété que nous aurons commercialement du succès.

Ainsi que j’ai tenté de vous le montrer, il y au moins cinq raisons structurelles pour lesquelles Welcomr est formidablement positionnée pour faire connaître à ses clients tout le succès qu’ils méritent. Et c’est pour moi, dorénavant, autant de « sens ajouté » tous les matins au réveil.

Pourquoi la France est une terre fertile pour investir en R&D

J’ai été interpellé par un article publié hier par le New York Times, « Au Revoir, Entrepreneurs« , qui raconte une histoire – un peu trop teintée de French Bashing à mon goût – d’un entrepreneur français parti s’installer à Londres car dégoûté des lourdeurs administratives, fiscales et sociales françaises, ainsi que de la morosité hexagonale. J’ai cofondé (au travers la même société, Emerald Vision SA, et avec la même équipe) Verteego il y a 6 ans, et Jolicharts il y a 2 ans. Nous avons investi en moyenne sur les 3 dernières années 83% de notre produit d’exploitation en R&D. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Nous avons rapatrié des jobs d’ingénieur R&D de l’Inde vers la France grâce à la combinaison JEI + CIR + CII + présence d’une BPI France plus dynamique que jamais. Pourtant, nous pourrions exercer notre métier depuis partout dans le monde, et nous avons choisi Paris. En grande partie car pour moi, lorsqu’on choisit de ne pas passer trop de temps à s’occuper de ces mécanismes plutôt que de ses clients, la France est un véritable paradis fiscal pour les sociétés intensives en R&D. Discutons-en quelques instants. Pour reprendre l’article du NYT, Oui il est certain Londres est par rapport à Paris une ville plus importante et plus internationale, mieux insérée dans la mondialisation, qui attire plus de talents et d’investissements, mieux reliée au continent américain (pour des raisons linguistiques) comme au continent asiatique (pour des raisons migratoires), et de manière générale qui traite des volumes d’affaires plus importants que la place parisienne, qui pourtant fait plus qu’amende honorable à l’échelle européenne. Même si tout n’y est pas rose (notamment les salaires des développeurs, en raison de la concurrence des banques dont l’IT est l’usine), il est clair que Londres compte de nombreux atouts. Et Oui encore, ça va mal en France: depuis la création de l’euro en 1999, le PIB par tête a augmenté de 0,8% par an en France, contre 1,3% en Allemagne. Notre coût du travail était inférieur à l’Allemagne à l’époque, il lui est maintenant supérieur. Nos volumes à l’export représentaient 60% des volumes allemands, contre moins 40% aujourd’hui. Notre taux de chômage culmine à 11%, contre à peine plus de 5% outre-Rhin. Notre déficit public est de 57% du PIB, le taux le plus important de la zone euro. Et malgré les beaux discours la tendance n’est manifestement pas à la réduction du train de vie – donc des effectifs – des administrations de l’Etat. Quant au ‘choc de simplification’, on attend toujours: allez expliquer à un anglais qu’en France il existe 214 taxes, ou encore à un brésilien que la France compte 36.000 communes alors qu’au Brésil il y a 5.500 communes pour près de 6 fois plus d’habitants. Oui enfin, car c’est viscéral chez lui, le gaulois est critique, morose, râleur, railleur, jamais content, jaloux du succès des autres. Et l’on n’y changera rien. Ou pas rapidement. Donc Londres, pourquoi pas après tout. MAIS (car il y a plusieurs mais), en France, on a, quand on fait de la R&D et de l’export, des outils formidables à disposition du financement de sa croissance. – le statut de Jeune Entreprise Innovante, une sorte de label du Ministère de la Recherche, qui permet de bénéficier de charges sociales amoindries; nous en bénéficions moins significativement qu’avant mais cela nous a bien aidé à traverser les premières années jusqu’à atteindre le point mort en 2011; – le Crédit d’Impôt pour la Recherche, éventuellement combiné dorénavant au Crédit d’Impôt Innovation, qui permet de ‘récupérer’ grosso modo 30% de ses investissements en R&D, avec des délais de collecte tout à fait raisonnables (nous constatons entre 2 mois les bonnes années et 5 mois les années de demandes d’approfondissement, ça reste très correct pour l’administration fiscale). C’est un dispositif extraordinaire d’efficacité et de simplicité (un simple formulaire à remplir chaque année) et qui rend nos investissements exceptionnellement élevés en R&D viables du point de vue de nos actionnaires: ce n’est pas pour rien si Rakuten vient d’annoncer qu’il choisissait la France plutôt que le Luxembourg ou … Londres pour y implanter son centre de R&D; – la loi TEPA, dont nous avons bénéficié lors de nos 3 tours de financement auprès de 40 investisseurs et qui a facilité la défiscalisation partielle de leurs participations à nos augmentations de capital; – BPI France, la fameuse Banque Publique d’Investissement, machine de guerre au service des projets des entreprises devenue aujourd’hui le premier capital-investisseur d’Europe!, qui nous a financé sous la forme d’une subvention une étude de faisabilité technique immédiatement dès notre création, puis avancé à taux zéro une somme considérable au travers l’appel à projet gouvernemental Eco-Industrie pour bâtir le prototype de notre plateforme Verteego ensuite, puis alloué avec le CFI (voir ci-dessous) une enveloppe pour peaufiner la UX de Jolicharts; – le PEA PME, c’est tout nouveau mais l’idée est là. Et à Paris: – le Centre Francilien de l’Innovation (CFI), guichet unique des projets d’innovation, efficace et facilitateur de projets européens; – l’Agence Régionale de Développement Paris Ile-de-France, qui nous file un gros coup de main à l’export (décoration de notre stand au Brésil; mises en relation très qualifiées en Chine,…) – la Région elle-même, avec le dispositif PM’Up, qui comprend contrairement aux idées reçues très bien les contraintes et réalités des PME et prend à sa charge de manière souple et rapide une partie du BFR de vos projets d’accompagnement. Et pour exporter (nous sommes en plein dedans avec l’ouverture à suivre de nos filiales chinoise et brésilienne): – BPI France toujours, qui peut financer la capitalisation de vos filiales; – la COFACE, qui vous assure contre l’échec commercial à l’export! – Ubifrance, véritable prolongation mondialisée de vos efforts de prospection, à des tarifs imbattables; – Vivapolis, si vous travaillez sur le thème de la Ville Durable, la France au travers son Ministère du Commerce Extérieur vous aide même à vendre en meute partout dans le monde votre savoir-faire. Cela fait 30 ans qu’Allemands et Suédois font ça très bien, et comme on sait comment ça fonctionne, ça va produire des résultats très tangibles. Vous comprenez pourquoi je suis choqué de la diatribe du NYT, et de manière générale des entrepreneurs qui dénigrent la scène française. Même si dans le cas de l’entrepreneur de l’article du NYT qui ouvrait des centres dentaires à Marseille, il est certain que ce business low tech ne lui permettait pas de bénéficier du coup de pouce à la française à la technologie, la fameuse combinaison JEI + CIR + BPI France. Comme je l’avais dit aux Echos il y a quelques temps, sans cette combinaison nous serions sans doute ailleurs, mais ces dispositifs existent bel et bien, fonctionnent bien, donc je ne comprends pas comment le NYT parvient à écrire que les entrepreneurs disent au revoir à une France qui se plie en quatre pour augmenter les ressources en R&D de ses jeunes entreprises innovantes. Cela ne correspond pas du tout à la réalité. Chez Verteego et Jolicharts, nous disons mille fois merci aux technocrates à l’origine de ces mesures qui nous permettent aujourd’hui d’avoir une équipe formidable au quotidien, des clients fidèles qui nous emmènent chaque année plus loin dans leur intimité, et des projets de dépassement de nous-mêmes tant en matière de R&D&I que de développement au-delà de nos frontières. La réalité, c’est que ce sont les gros patrimoines qui fuient la France en raison d’une fiscalité trop élevée; et ça c’est bien dommage car cela dissipe à la concurrence du savoir-faire de haut niveau (souvent) et de la capacité d’investir (certainement). Et ça stigmatise encore plus ‘les riches’ alors que les riches sont justement une denrée rare. Et ça crée une pression improductive, force contraire de la fonction de réussir! La réalité, c’est que comme me l’a souvent dit l’un de nos actionnaires de la première heure, Jérémie Berrebi, il est plus facile en France de divorcer que de se séparer d’un salarié. L’Angleterre a fait pas loin de 3% de croissance de PIB au Q4 2013 contre même pas 1% pour la France: la faute à la frilosité des entreprises françaises à réembaucher pour suivre la reprise! C’est effectivement se tirer une balle dans le pied. On le sait. La réalité, c’est que la France ne sait pas progresser par petites touches en raison des nombreux micro-groupes d’intérêts qui abusent de leur fonction économique pour bloquer le pays à la moindre proposition de mesure qui toucherait à leurs intérêts immédiats. La France, peut-être par manque de talent de ses politiques, ne sait faire que dans la révolution, pas dans l’évolution. Bon alors bien sûr, le revers de la médaille est qu’en France plus qu’ailleurs, malheureusement, even dead sausages can fly! Il y a tellement d’aides que certaines sociétés en oublient de se focaliser sur la valeur ajoutée clients et utilisateurs pour chasser les primes et les prix: je les appelle les saucisses mortes mais quand même volantes. But this is another story.

Investir dans l’environnement: faut-il y aller?

J’échange souvent avec des investisseurs, particuliers qui jouent en bourse, professionnels du métier, amateurs de tickets dans des sociétés privées comme le sont les actionnaires de Verteego, autour de la capacité de la thématique environnementale à être une thèse d’investissement pérenne. Ma conviction est que, bien sûr, au même titre que le software dont les fondamentaux (automatiser des tâches répétitives, mettre en relation, faciliter la collaboration, embarquer de l’intelligence métier dans des services) sont immuables, l’environnement est une lame de fond sociétale dont tout portefeuille d’investissements digne de ce nom doit disposer d’une exposition. Comme toute industrie, celle de l’environnement n’est pas exempte de petits défauts de conception. Voici en quelques lignes un résumé des fondamentaux du secteur environnemental.

Oui, il faut s’investir dans le green

Le sous-jacent environnemental est pour moi celui dont les offres de produits comme de services préservent ou augmentent les ressources naturelles (matières premières, empreinte hydrique, empreinte déchets, empreinte carbone, empreinte énergétique, biodiversité,…) dans le plus strict respect de la santé des populations (innocuité des produits / prise en compte de la toxicité tout le long de leur cycle de vie, pollution atmosphérique, air intérieur,…) tout en étant des vecteurs de création de valeur économique pour ses parties prenantes.
C’est en tous cas dans cette philosophie qu’avec nos équipes nous construisons tous les jours un peu plus Verteego et comme ça que nous avons pu conceptualiser notre thématique applicative qui est l’environnement (notre moyen ou technologie étant le logiciel en SaaS).

Le sujet de l’environnement renferme sans aucun doute possible un vivier foisonnant d’innovations transversales technologiques comme dans les usages, où beaucoup de choses restent à faire pour porter la recherche sur le marché. C’est aussi un sujet qui fait l’objet d’une demande soutenue, croissant plus rapidement que la moyenne des marchés, et qui est très largement propice au développement à l’international en raison du développement, qui se voudrait durable, de pays émergents.

Non, pas de green dans mon portefeuille

Pour autant, l’industrie de l’environnement n’est, comme tous les secteurs, pas parfaite.
Quand bien même l’on pourrait penser que les valeurs environnementales sont des valeurs défensives, c’est-à-dire contra-cycliques en raison de la persistance de la nécessité d’éco-concevoir l’activité humaine, ma conviction dorénavant est que les acteurs de l’environnement sont assez dépendants des cycles économiques. L’environnement est en effet un secteur très normatif où la loi, l’application de la loi, et les incitations financières publiques conditionnent la vitesse de maturation d’un marché. Ce qui crée une dépendance à une partie prenante par construction complexe. Or, en cas de mauvaise conjoncture, les pouvoirs publics rabotent les niches fiscales, réduisent les enveloppes de financement, se montrent moins regardants de la conformité et de l’application des sanctions, et avalisent d’autant moins les projets de nouvelles lois environnementales qu’eux aussi sont évalués sur leur capacité à maintenir l’équilibre budgétaire. D’où mon opinion sur le caractère relativement cyclique des sous-jacents environnementaux, tant que les indicateurs de performance économique n’auront pas systématiquement intégré un signal prix pour les ressources naturelles et la santé des populations, qui sont des biens publics.

J’espère avoir contribué à vous forger votre propre avis sur ce sujet. Vous connaissez en tous cas le mien: les enjeux environnementaux sont passionnants et leur potentiel de création de valeur exponentiel. En effet, nous ne pouvons pas nous passer d’un monde plus économe en ressources, plus circulaire aussi, et dans la mesure où la matière fournie par la nature est disponible en quantités finies, il est nécessaire que nous changions nos modèles, et vite.