Covid-19 : ce qui ne tue pas rend-il plus fort ?

Un grand merci à Lucrezia Carnelos pour la photo d'illustration ; retrouvez son travail ici : https://unsplash.com/@ciabattespugnose

Quelle claque elle nous met cette pandémie ! Pour les familles des défunts, c’est d’une tristesse… C’est soudain, inexplicable, imparable. Il est dangereux de les accompagner dans leurs derniers souffles, interdit de se rassembler pour les pleurer. Pour eux et pour les autres : vivons-nous l’avatar post-moderne de ce qu’était une guerre totale contre un ennemi invisible, avec son champs de bataille, ses morts et ses infirmeries ? LE moment de vie que l’on racontera à nos petits-enfants lorsqu’ils nous demanderont si nous y étions ? Personnellement, je m’attendais et me préparais à vivre un jour le 11 septembre du cyber-terrorisme, ou encore la naissance d’une Guerre Froide entre les complexes militaro-industriels chinois et états-unien, ou enfin un clash des civilisations musulmanes vs. judéo-chrétiennes suivant les brillantes prédications de Samuel Huntington. Mais non. Ce sera beaucoup plus romantique. Le coronavirus, dont je pensais il y a une semaine encore qu’il n’était qu’une éphémère émanation darwinienne, se révèle menacer toute l’espèce humaine. Ses contaminés se comptent en millions, ses morts par dizaines de milliers.

Nous sommes face à un objet biologique non identifié, qui défie tous les systèmes immunitaires, qui nous rappelle l’extrême vulnérabilité du corps humain. C’est comme si la Planète avait eu besoin de s’auto-réguler en forçant l’arrêt de la machinerie humaine, pour que le carburant s’arrête un peu de brûler, que les avions cessent de voler, que les eaux de Venise redeviennent claires au point d’attirer à nouveau le poisson – après tout ce temps. C’est comme si l’inventeur du jeu vidéo des dix dernières années nous disait : « Je vous ai envoyé l’Etat Islamique, les missiles nord coréens, le nucléaire en Iran, le Rana Plaza, le protectionnisme, les populistes un peu partout, les néo-nazis, la dette grecque, les migrants, le Brexit, mais malgré cela vous n’avez pas su saborder votre croissance qui aurait porté de manière imminente d’irrémédiables dommages à vos écosystèmes. Voici donc le Bowser, le big boss, le cygne noir du jeu vidéo de la dernière décennie : le virus tueur Covid-19. Il se prend à votre propre jeu de la mondialisation : il se transmet par échange humain. Il aura votre scalp et la peau vos économies. Bonne chance. »
Une version « Stratégie Océan Rouge » de « The World is Flat ». Un cauchemar, en tous cas pour ceux qui, comme moi, mes parents, mes enfants, n’ont pas connu la guerre.

Alors, ce qui ne tue pas rend-il plus fort ? Pré-Coronavirus, je préférais à cette maxime de Friedrich Nietzsche du tome l’Ecole de Guerre de la Vie (tiens tiens…) du chef d’oeuvre Le Crépuscule des Idoles (tiens tiens…), l’archi-connue ‘Expérience is the name everyone gives to their mistakes‘ d’Oscar Wilde. Mais quelle fut notre erreur ? A-ton fauté ? Pêché d’hubris au point qu’il fallu nous punir pour nous rappeler à la fragilité de notre condition humaine ? Vanité divine ? La chose m’intéresse : qui pouvait dire qu’il avait vu la balle venir ? Qui s’était préparé même un tout petit peu au tsunami COVID-19 ? La pensée occidentale permet-elle même d’anticiper un tel événement ? Plein de questions, pas de réponse. Comme en football, à la fin c’est l’allemand qui gagne.
Regardons donc plutôt, pour ceux qui subsistent, si nous sommes plus forts. Sur deux plans. Un premier social, un second économique. Même si, cela va de soi, les deux s’entremêlent.

Sur le plan social, la crise sanitaire actuelle nous rendra sans doute plus forts. Les fonctions vitales au fonctionnement de notre Société sont finalement celles qui ont l’autorisation de circuler physiquement : les professionnels de santé (infirmières, médecins,…) et de salubrité publique (ramassage des poubelles, traitement des déchets), les enseignants, les pompiers, les agriculteurs, les salariés des industries agro-alimentaires et de la chaîne du froid, du traitement et de la distribution d’eau potable, les commerçants de biens de première nécessité, les transporteurs du bout du monde comme du dernier kilomètre, les techniciens de l’urgence (plomberie, électricité, chaufferie-ventilation-climatisation…), les ouvriers du bâtiment car il faut plus que jamais se loger, les militaires et les douaniers pour fermer les frontières, la police pour faire respecter l’ordre, les journalistes, les banquiers, les scientifiques bien sûr, j’en oublie plein. Les autres, et bien, on a beau créer des emplois, la vie nous montre que nous sommes une caste inférieure dans la pyramide de Maslow inversée, qui se veut extraire la substantifique moelle de l’intérêt général. Ce n’est pas un jugement de valeur mais un constat. Oui, ce constat fait voler en éclats notre orgueil, ce constat nous remémore la nécessité de l’enthousiasme, de la passion, de l’ambition dans l’exercice de nos métiers qui occupent les journées de notre seule et unique vie, mais, plus important, ce constat influencera l’ensemble des réformes sociales qui seront pratiquées partout dans le monde pendant des décennies. La pénibilité n’est plus chez les conducteurs de locomotives, mais chez ceux que l’on n’entend jamais : les brancardiers. Et si à l’incapacité des bénéficiaires de privilèges à céder à l’évidence succédait un élan de solidarité réformateur ?

Sur le plan économique, nous sortirons affaiblis de la pandémie à court et moyen terme.
A court terme, sauf à sortir du confinement sous quinzaine, je ne vois pas comment la précarité ne gagnerait pas ceux qui vivent le plus chichement : les chauffeurs de taxi, le personnel d’entretien de l’immobilier tertiaire (bureaux, administrations), les gérants de cafés, les professionnels du tourisme, les organisateurs d’événements, les intermittents du spectacle,.. La liste serait trop longue. L’Etat va logiquement s’endetter pour soutenir les plus démunis. C’est son rôle. Mais aussi pour subvenir aux besoins de trésorerie de 99,9% des entreprises. Ce qui donnera naissance à un cycle long de pressions fiscales haussières, difficilement soutenable dans notre pays ; autre solution : changer radicalement de modèle, avec le risque immense de créer un boulevard aux extrémités politiques. Compliqué.
A moyen terme, petit calcul pour la France : l’économie française s’est arrêtée grosso modo le 15 mars 2020. Mettons que la période de confinement dure… 4 mois (et je suis généreux : elle fut de 3 mois dans la province de Hubei en Chine qui compte pas loin de 60 millions d’habitants, dont le système politique qui a mille défauts mais l’immense avantage de garantir un respect autrement plus orthodoxe des consignes). Cela nous mène au 15 juillet. Arrive août donc vacances. Puis la rentrée. L’économie repart – doucement car dans quel état sera-t-elle ? – le 15 septembre. C’est une demi-année de perdue, à un optimiste 40% d’activité, soit un PIB 2020 en baisse de 30% sur 2020. Allez, va pour une récession de 20% à 25% grâce aux effets d’aubaine en fin d’année. Un sacré coup d’accordéon qui nous demandera trois, quatre années de rattrapage. Et dire qu’il y a quarante-huit heures, malgré la formidable alerte de la main invisible des marchés financiers, je croyais encore ce que je lisais dans la Presse, à savoir que les prévisions de croissance pour 2020 passaient de 2% de croissance à 1% de croissance…
A long terme en revanche, trois bénéfices incommensurables :
– la notion de risque sera pour longtemps mieux appréhendée par l’ensemble de la population. Le risque, ce n’est autre chose qu’un rapport entre volatilité et rendement. Les amateurs d’investissements comprendront mieux pourquoi 3% de rendement annuel dans la pierre sont moins risqués que 8% dans un indice boursier, ou que 15% dans une société non cotée. Pourquoi un locataire AAA négocie plus son loyer qu’un autre. Pourquoi il est logique que les fonctionnaires, qui bénéficient de la sécurité de l’emploi, gagnent mécaniquement moins que dans le privé, où il est possible de perdre sa place. Ou encore que les salariés qui bénéficient de la protection sociale s’enrichissent potentiellement moins que les mandataires sociaux qui ne touchent pas le chômage en cas de difficulté ;
White is the New Black! des métiers relativement désaffectés aujourd’hui (les dorénavant usual suspects : professions médicales, sciences, pompiers, techniciens du bâtiment, agri-business, ville durable, services à la personne, enseignants,… etc.) gagneront durablement en prestige, en notoriété, et donc en attractivité ;
– les entreprises travailleront sur leurs chaînes d’approvisionnement pour les rendre moins dépendantes, plus résilientes, et sur leurs organisations pour en augmenter la flexibilité et l’adaptabilité. Au mythe de l’entreprise agile succèdera celui de l’entreprise maligne.

Pour quand une version mutante du virus fera surface ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s